SOPHIE, LA CHANCE pour NANTES

SOPHIE, LA CHANCE pour NANTES
Osez la Révolution Citoyenne!

lundi 23 janvier 2012

les voeux de l'opposition municipale pour 2012

 L'équipe d'"Ensemble pour Nantes" dont je fais partie dans l'opposition municipale, a reçu vendredi dernier de nombreux habitants de tous les quartiers nantais quartiers pour passer un moment convivial ensemble en ce début d'année. Cette rencontre a été l'occasion pour chacun de faire quelques remarques sur les dossiers que nous suivons et qui impactent directement la vie quotidienne des habitants.
Sophie Jozan, Laurence Garnier, Hervé Grélard, Julien Bainvel, Elisabeth Dibon-Poquet et marie-laure le Pomellec, ainsi que moi-même avons eu grand plaisir à recevoir  à cette occasion Pierre Lellouche, secrétaire d'Etat au Commerce Extérieur et élu d'opposition municipale à PARIS. Il nous a rappelé les grandes échéances à venir, élections présidentielles, mais aussi législatives.
J'ai donc eu l'occasion de rappeler rapidement le feuilleton du Chronobus, en plusieurs épisodes:
« La  belle histoire  du chronobus, feuilleton en plusieurs épisodes »

Projet phare dans les transports de l’agglomération nantaise, le chronobus est une ligne de bus existant déjà, mais aménagée.
Ces lignes prennent le nom de lignes C (ainsi la ligne de bus 22 devient la ligne C6…)
Le Chronobus, c’est un bus qui arrive à l’heure pour le Maire
La ponctualité a un prix : 64 millions d’euros.

Le 1er acte a eu lieu en 2011 : aux vœux de l’an dernier, nous avions mis en garde la municipalité sur la mise en œuvre du projet Chronobus sans concertation.

2012 : second acte : les aménagements du Chronobus présentés se révèlent plus farfelus encore que prévu.

Résultats, des itinéraires improbables proposés par des techniciens et des élus qui ne connaissent ni la vie des quartiers, ni les transports en commun et qui s’appuient sur des comptages réalisés en période de vacances scolaires ou pendant l’été.

Exemples : C’est le passage en double sens dans les rues les plus étroites du centre ville (exemple de la rue des Dervallières)
Des virages à 90° pour les bus en accordéon

La création de voies de bus centrales et ALTERNEES sur les boulevards d’accès au centre ville Paul Chabas et jean Ingres
Le déclassement d’espaces boisés du Parc de Procé pour déplacer des arrêts

Et pour cela, il n’y a eu aucune information dans les assemblées d’élus, aucune consultation des conseils de quartiers qui ont travaillés sur les déplacements doux en parallèle des projets Chronobus, ni concertation des habitants.
Ces derniers se sont donc constitués en collectif, à l’instar de celui de l’avenue Camus que Sophie Jozan a rencontré, ou encore à Sainte-Luce où les habitants se battent en manifestant dans les rues.

Le constat est qu’il n’y a aucune vision d’ensemble pour améliorer les transports :
« pas de solution pour la voiture à Nantes »,
aucun amélioration pour les vélos
Les piétons quant à eux sont oubliés : ils devront, au mieux partager le trottoir dans certains quartiers avec les vélos

Passons au 3° épisode de ce feuilleton :
Il est possible d’améliorer les transports à Nantes , sans les opposer les uns aux autres ;
Il est possible d’avoir une véritable concertation en amont des projets .

En attendant, les auteurs des différents projets ont interpellés les habitants en leur conseillant de participer à l’enquête publique :

CHICHE ! participons en faisant des propositions pour les lignes à enquêtes publiques,
Mais aussi pour les autres , pour lesquelles il n’est prévu aucune enquête.Il reste une possibilité de s’exprimer et d’obliger à revoir ces projets dispendieux et inutiles : l’enquête publique à laquelle nous devons participer massivement.

Bonne année !

samedi 7 janvier 2012

le chronobus -suite du feuilleton-

Conseil municipal du 12 décembre à Nantes: je pose une question d'actualité (en réalité j'ai déposé cette question il y a une semaine au cabinet, afin de laisser le temps aux services (ou au cabinet?) de rédiger une réponse , qui sera distribuée à l'un de mes collègues de la majorité en cours de conseil...)

 
"Monsieur le Maire, mes chers collègues,

Le projet Chronobus, voté par le Conseil Communautaire de Nantes Métropole, est un projet de plus de 54 millions d’euros (+ 11 millions supplémentaires votés en conseil de la métropole) Il impacte donc particulièrement les finances de la Communauté Urbaine dont nous faisons partie en tant que Ville centre.

Mais il impacte également l’aménagement de la ville de Nantes de manière très importante dans certains secteurs. Cela aurait pu être l’occasion de mettre en place une concertation des nantais. Pourtant ,de tous les points de vue, celle-ci a été un échec.

Tout d’abord, aucune information ou discussion n’a été organisée au sein du Conseil Municipal. Les élus de l’opposition n’ont par ailleurs été informés d’aucune réunion publique, contrairement aux élus de la majorité.

Ensuite, la « démarche de projet adoptée » a été de « saucissonner » par tranches de voiries les réunions publiques, sans jamais proposer une vision d’ensemble des projets. Pour ma part, j’en suis à 4 réunions sur les lignes 22 et 56 sur le seul tronçon ouest de la ville.  
A ces réunions, seuls étaient invités les habitants ayant reçu des invitations dans leurs boites aux lettres.  L’information, incomplète, était parfois relayée par la presse ou le site internet de Nantes Métropole. Et la distribution des invitations aux réunions a été très sélective selon les quartiers, et les rues.
Assurer une information claire dans tous les quartiers pour réunir les habitants impactés directement ou indirectement par les nouveaux aménagements aurait permis à la ville de mener ces travaux en toute transparence.

Enfin, les Conseils de quartiers ont été lancés, à grands coups de publicité, afin de remplacer les Conseils Consultatifs de Quartiers. Nouveaux fers de lance de la démocratie participative à la nantaise, n’ont pas été consultés sur ces aménagements.
Travailler avec les Conseils de Quartiers aurait permis aux habitants d’avoir une information précise, et aux services de mieux connaître le fonctionnement des quartiers et les déplacements des habitants « dans la vraie vie ».

Face à ce constat d’échec, pourriez-vous me préciser s’il est prévu de mettre en place d’autres moyens d’information pour cette question encore méconnue des Nantais, avant que l’enquête publique soit ouverte ?"

Réponse : la concertation "a été largement suffisante" , des réunions spécifiques ont eu lieu avec "les associations et les commerçants des quartiers"
les informations sur ces réunions n'ont pas été sélectives , même si quelques dysfonctionnements ont été notés.

Rassurez-vous donc, riverains et commerçants qui m'ont sollicitée: l'information a bien fonctionné! l'auto satisfaction est plus importante que vos inquiétudes;

dimanche 1 janvier 2012

l'écrêtement de l'indemnité d'un élu nantais

 Je vous adresse à tous mes meilleurs vœux pour cette année 2012 et espère avoir le plaisir de vous rencontrer encore plus souvent dans nos quartiers.

2012 : année politique surtout pour moi et l'équipe d'Ensemble pour Nantes, car nous participerons à toutes les élections à venir, en continuant comme depuis 2008 à aller à votre rencontre sur le terrain.
il y aura beaucoup à dire à la reprise et dés les premières semaines de janvier, je vous donnerai quelques exemples des décisions prises par le Ville en Conseil Municipal de Nantes du 12 décembre 2011, délibérations que vous ne lirez pas dans les journaux...

c'est le cas de l'écrêtement d'une élue socialiste du conseil municipal: l'écrêtement est la règle qui plafonne les indemnisations des élus en cas de cumul de mandats.
"Monsieur le Maire, Chers collègues,
C’est Noël avant l’heure pour deux élues de la majorité !
Cette délibération est pour nous l’occasion de dénoncer cette pratique largement répandue à Nantes, celle de l’écrêtement, c'est-à-dire reverser une partie des indemnités perçues par un élu au-delà de ce qu’autorise la loi en raison du cumul des mandats , à d’autres élus.

Si la loi impose en effet cet écrêtement, elle laisse toute liberté au Conseil Municipal quant à la manière d’utiliser ces sommes, qui sont des fonds publics ;
Quelle est la justification de l’augmentation de salaires pour ces élues, dont le mérite, je le précise, n’est absolument pas remis en cause?
Ont-elles des missions supplémentaires par rapport à leurs collègues ?
Cette pratique nous semble choquante, en particulier en période de crise car il s’agit d'argent  public. Plutôt que de bénéficier à certains privilégiés, celui-ci devrait retourner dans les caisses de la ville, dans un souci de vertu républicaine.
N’est-il pas étrange lorsqu’on se fait le défenseur de la transparence politique et du respect des dépenses publiques, de répartir ces sommes qui en réalité ne vous appartiennent pas , comme s’il s’agissait de répartir des primes de Noël ?
Opposés à ces pratiques et à l’opacité qui les entoure, nous voterons contre cette délibération. »
Réponse orale en conseil municipal: ce versement est "légitime" pour ces élues.Circulez, il n'y a rien à voir...