SOPHIE, LA CHANCE pour NANTES

SOPHIE, LA CHANCE pour NANTES
Osez la Révolution Citoyenne!

mercredi 12 décembre 2012

Les emplois d’avenir à Nantes et Nantes métropole : à contre-courant de la Cour des Comptes…




Dans un rapport rendu public le 8 novembre 2011, la Cour des comptes remet cause l’utilisation des contrats aidés face à la crise, avec en ligne de mire : « le regret d’une politique “court termiste” et mal ciblée de l’emploi, à travers l'usage de ces contrats ».
Les contrats aidés tel que le contrat unique d’insertion dans le secteur marchand (contrat initiative emploi (C.I.E.)) et dans le secteur non marchand (contrat d’accompagnement pour l’emploi (C.A.E.)) ont pour objet « de faciliter l’insertion professionnelle des personnes sans emploi rencontrant des difficultés sociales et professionnelles particulières d’accès à l’emploi » avec un volet formation et accompagnement, en contrepartie d’aides financières de l’Etat et d’exonérations de charges sociales.


C’est l’utilisation même de ce type de contrat que le rapport remettait  en cause, en soulignant le recours à ces dispositifs dans un objectif de court terme, pour “retirer temporairement des effectifs non négligeables des demandeurs d’emploi” ; tandis qu’ils ont essentiellement une finalité “d’insertion professionnelle, voire sociale, des personnes les plus éloignées de l’emploi”. Les recommandations de la Cour des comptes concernent donc essentiellement, en plus d’une amélioration des procédures administratives de gestion des contrats, le ciblage et l’accompagnement des bénéficiaires, non assez pourvus de moyens, aujourd’hui comme hier, pour atteindre cette vocation d’insertion. 

En cette fin d’année, la Ville de Nantes et Nantes Métropole ont décidé de mettre en place les « emplois d’avenir » créés par le gouvernement actuel. La loi qui en résulte crée l’article L5134-110 «  L'emploi d'avenir a pour objet de faciliter l'insertion professionnelle et l'accès à la qualification des jeunes sans emploi âgés de seize à vingt-cinq ans au moment …soit sans qualification, soit peu qualifiés et rencontrant des difficultés particulières d'accès à l'emploi, par leur recrutement dans des activités présentant un caractère d'utilité sociale ou environnementale ou ayant un fort potentiel de création d'emplois » .  Surprise, le dispositif est assuré par les mêmes contrats aidés qu’auparavant (CAE ou CIE)!!!
autre surprise: aucune critique des "experts" en économie....!!!

La Ville de Nantes et Nantes Métropole ont donc pris la décision de continuer à utiliser les mêmes types de contrats aidés avec une différence majeure : cette fois ci, les deux collectivités vont mettre en œuvre tous leurs moyens pour réussir !!! ce qui n’était pas le cas les années précédentes, nous pouvons en témoigner…..
Après tout, le dispositif parle d’"Avenir" … et c’est ce qui fait que cela va marcher dans cette période"normale"!

Plus sérieusement, nos collectivités agissent à contre-courant : ces emplois d’avenir, qui vont coûter de plus en plus cher à la collectivité nationale et locale, sans proposer d’engagements forts et précis en ce qui concerne l’accompagnement des jeunes, ne sont que la copie des dispositifs préexistants critiqués par la Cour des Comptes …..

A  suivre

lundi 10 décembre 2012

Quartier Dervallières-Zola : quand les élus méprisent les riverains



Je suis intervenue au conseil municipal du 7 décembre 2012 pour poser des questions au maire concernant l'absence d'information des riverains sur le projet de démolition du porche Renoir, dans le secteur des Dervallières. 
Malgré les nombreux moyens de communication mis en œuvre dans ce quartier pour suivre les travaux de rénovation du site, aucune information n'a transpercé  : la municipalité a-t-elle voulu encore mettre les riverains devant le fait accompli? il est vrai que cela permettra aux automobiles de transiter plus facilement par les Dervallières en évitant les bouchons annoncés boulevard du Massacre et rond-point des Chataigniers...



Vous nous demandez aujourd’hui d’approuver un programme de Nantes-Habitat  qui a décidé des démolitions supplémentaires, dans le grand quartier Dervallières-Zola.

Depuis plus de dix années, le bas des Dervallières avec  son  magnifique parc , subi une transformation majeure afin d’ouvrir le quartier  sur la ville. Le point de départ de ces bouleversements a été la démolition de nombreux immeubles : Lepère, Mignard, Géricault, le grand Le Nain (oublié dans la délibération) et les pavillons du boulevard du Massacre, tous gérés par Nantes-Habitat.

La seconde phase a été d’ouvrir des voies à travers le quartier afin d’attirer les opérations d’accession sociale et abordable. La dernière en date a été la rue Renoir  qui permet aujourd’hui de traverser les Dervallières du boulevard du Massacre vers le centre ville.
Les différentes transformations des Dervallières ont fait l’objet de multiples réunions : celles pendant lesquelles le fameux comité consultatif du quartier (CCQ ) et le comité de défense des Dervallières  ont réussi à partir de 2005 à obtenir l’élaboration de la Charte de Relogement des centaines d’habitants perdant leurs logements .
Puis, le CCQ ayant été supprimé, les réunions d’informations sur l’évolution des travaux se sont succédées à grand renfort de publications.

Nous ne pouvons que suivre votre démarche de rénovation, grâce il faut le rappeler depuis de nombreuses années, aux engagements  de l’Etat  malgré son pseudo-« désengagement ».

Cependant, cette délibération mérite que l’on s’y attarde.
En effet, deux arguments sont avancés pour détruire le porche Renoir :

-la qualité des logements qui sont depuis de nombreuses années dans un état indigne pour les locataires ;
Pourquoi Nantes –Habitat  a-t-il laissé pourrir ces logements depuis si longtemps?
Je  profite de cette remarque pour renouveler la demande que nous faisons depuis des années d’avoir un poste au sein du Conseil  d’administration de Nantes- Habitat.

-Le désenclavement urbain : en effet, le porche  bloque le flux automobile qui cherche à éviter le rond-point Abel Durand (dit « des châtaigniers ») à l’entrée de Nantes ; cette démolition impacte donc obligatoirement l’ensemble du quartier. C’est d’ailleurs la raison qui fait que la loi demande l’accord préalable de la Ville pour ce projet de Nantes-Habitat.
Pourquoi n’y a-t-il eu aucune information sur ce projet  dans le quartier ?

Malgré tous les moyens mis en œuvre, nul ne pouvait connaître ce projet.
Aucune information dans le journal des travaux des Dervallières,
aucune information bien entendu auprès du conseil de quartier,
aucune information dans le journal de Nantes-Habitat d’Octobre-Novembre,
enfin le point d’orgue a été la dernière réunion que vous avez présidé, madame la première adjointe, le 25 septembre dernier aux Dervallières.

J’ai donc une suggestion à vous faire : arrêtez ces réunions hypocrites et inutiles, nous ferons tous l’économie de moyens qui peuvent être utilisés à des fins plus utiles en cette période difficile pour tous.

Vous avez réuni toutes les dérives de la « démocratie locale nantaise »  et cette délibération est la preuve que vous avez beaucoup d’humour…ou beaucoup de mépris pour les riverains et les habitants.
Par conséquent, nous nous abstiendrons sur cette délibération.


Je vous remercie
Sophie van Goethem